La Grèce , la dette souveraine et le drapeau Palestinien à l’ONU.Par Vangelis Goulas

Photo:© CITIZENSIDE / ANTOINE GOLDET / CITIZENSIDE.COM / AFP

 Le 10 Septembre la Grèce en période pré-électorale avait un gouvernement provisoire et pour ministre d’ économie M. Chouliarakis
La délégation permanente de la Grèce à l’ ONU a reçu des instructions de s’abstenir sur les deux votes qui ont eu lieux le 10 septembre.
La première résolution sur la dette souveraine des États, la Grèce s’est abstenue sur les ordres de M Chouliarakis. Ils s’ agissait d’ une résolution sur « des opérations de restructuration de la dette souveraine »
Cette résolution indique notamment que « tout État a le droit, dans l’exercice de son pouvoir discrétionnaire, d’élaborer sa politique macroéconomique, et notamment de restructurer sa dette souveraine, droit dont nulle mesure abusive ne saurait empêcher ou gêner l’exercice ».
Il est clair que le gouvernement Grec a pris position contre les intérêts de son pays et de son peuple.
Je note que le ministre des Finances du gouvernement provisoire M. Chouliarakis n’ est pas n’importe qui . Il est un des responsables de l’équipe de négociation du gouvernement et un des plus proches collaborateurs d’ Al. Tsipras.
Le gouvernement intérimaire a pour seul but l’organisation des élections .La politique extérieure d’un pays ne dépend et ne change pas par un gouvernement transitoire dans une période pré-électorale de 20 jours .
La question demeure de savoir pourquoi A. Tsipras et le gouvernement n’ont pas agi en temps et en heure pour définir la ligne du gouvernement intérimaire dans le vote sur les dettes souveraines à l’ONU? Alexis Tsipras qui maintenant prononce les grands discours à l’ONU sur la nécessité d’une restructuration sur la dette publique .
S’il s’agit du laxisme et de la négligence de la part du gouvernement , cela est une irresponsabilité immense , et si non ,l’ abstention indique une perception dangereuse pour les intérêts du peuple grec.
Le premier ministre doit une réponse claire. Le cas échéant, les dommages causés aux intérêts nationaux du peuple grec sont énormes et la responsabilité personnelle d’ Al. Tsipras est engagée.
Notons ici un point clé :M Chouliarakis a été désigné Ministre-adjoint sur le nouveaux gouvernement d’ Alexis Tsipras.
N’oublions pas non plus les engagements pris par le gouvernement grec avec la signature du 3éme mémorandum:
Je cite « Le sommet de la zone euro souligne que l’on ne peut pas opérer de décote nominale sur la dette. Les autorités grecques réaffirment leur attachement sans équivoque au respect de leurs obligations financières vis-à-vis de l’ensemble de leurs créanciers, intégralement et en temps voulu ».

Vous n’ avez toujours pas compris ?

Continuons alors ..
Même jour ,le 10 septembre , deuxième résolution demandant que les drapeaux des Etats non membres de l’ONU (La Palestine) ayant statut d’observateur soient hissés au siège et dans les bureaux des Nations Unis .

Le gouvernement provisoire et le ministre des affaires étrangères se sont encore abstenus du vote. Erreur ? Négligence ? Je ne pense pas, les alliances militaires d’un pays ne dépendent et ne changent pas par un gouvernement transitoire.
La ligne du gouvernement Tsirpas a une continuité :Respecter et continuer la collaboration militaire avec Israel .Respecter les accords passés par le gouvernement Samaras et le dogme commun de la défense entre la Grèce, Israel et l’ Égypte .
Voilà l’ hypocrisie envers les Palestiniens quand Tsipras invite le président Palestinien à Athènes.La Grèce malheureusement sous un « gouvernement (dit) de Gauche » est devenue non seulement pays protectorat de l’Allemagne mais aussi pays satellite d’ état d’Israël, est devenue un pays otage des faucons nord-atlantistes .