Déclaration de Panayotis Lafazanis à propos de la visite de Hollande en Grèce

 L’ancien Hollandreou s’est métamorphosé grâce à Alexis Tsipras en prétendu grand protecteur et allié désintéressé de notre pays. Ce n’est pas François Hollande qui a changé, c’est Alexis Tsipras, qui a abandonné ses engagements, qui suit des politiques mémorandaires extrêmement dures et donne à François Hollande sa parole qu’il appliquera pleinement et intégralement toutes les mesures dévastatrices contenues dans le troisième memorandum.

François Hollande n’est pas le protecteur du pays, mais le représentant d’une France des multinationales, le représentant d’une Europe néolibérale impitoyable, au sein de laquelle se négocie furieusement un rôle au côté de l’Allemegne hégémonique.La seule aide que François Hollande a apporté à notre pays, c’est d’avoir contresigné le troisième mémorandum, catastrophique pour son présent et son futur.

La Grèce n’a pas besoin de protecteurs qui visent à échanger -qui plus est- leur « protection » contre le rachat à vil prix des morceaux de choix de nos biens publics. Au contraire, ce dont a besoin d’urgence la Grèce, c’et de la protection de sa richesse publique, et avant tout d’une orientation indépendante, antimémorandaire, vers le redressement et la reconstruction du pays.

Traduction : Jean-Marie Réveillon