M. Tsipras qualifie Jérusalem de capitale d’Israël: Une bourde scabreuse ou un forfait prémédité ?Par Vangelis Goulas

M. Tsipras qualifie Jérusalem de capitale d’Israël:

Une bourde scabreuse ou un forfait prémédité ?

par  Vangelis Goulas, le vendredi 27 novembre 2015

12273669_10206554821701826_8428450047931254880_o

 

 

Le Premier Ministre grec, lors de sa rencontre avec le Président israélien M. Rivlin, a été appelé à  signer le livre des visiteurs du Président israélien.

M. Tsipras a donc inscrit sue ce registre : « c’est pour moi un grand honneur d’être dans votre capitale historique et de rencontrer votre Excellence », rapporté par Tal Shalev, journaliste de la télévision israélienne « I24news ».

Cette déclaration de la part d’un dirigeant européen est sans précédent, dans la mesure que le statut de la ville est controversé et que, pour Jérusalem Est en particulier, la communauté internationale s’en réfère comme territoire occupé.

La ville a été conquise par l’armée israélienne pendant la guerre des 6 jours, en juin 1967, et depuis est sous occupation.

En 1982 Israël a voté une loi pour annexer la partie est de la ville. Cet acte d’annexation a été condamné par la communauté internationale qui considère que le statut de la ville n’est pas déterminé et fait objet de négociation des deux parties ; une part de cette communauté internationale soutient la revendication des palestiniens de faire de Jérusalem Est la capitale de la Palestine.

L’ONU a utilisé le terme « territoires occupés » dans la motion 242 du 22/11/1967 et depuis 1970 le terme « territoires occupés » plus largement. Israël appelle la rive ouest du Jourdain « Judée » et « Samarie » et admet l’existence de « territoires contestés ».

Ces territoires sont : la Rive Ouest, Jérusalem Est et la Bande de Gaza. La motion 58/292 du 14 mai 2004 de l’Assemblée Générale de l’ONU confirme la notion de « territoires palestiniens occupés, Jérusalem Est incluse »

 

« Confirmant la motion 66/18 du 30/11/2011 et toutes les motions relatives au statut de Jérusalem, retenant la notion que la communauté internationale ne reconnait pas l’annexation de Jérusalem Est, souligne le besoin de trouver la manière de résolution par la voie de négociation du statut de Jérusalem comme capitale de deux Etats »

 

« Rappelant l’avis consultatif  du Tribunal International, du 09/07/2004, confirmant sa motion 58/292 du 06/05/2004, dans lequel il est stipulé entre autres que la situation du territoire palestinien est depuis 1967 celle d’une occupation militaire, conformément aussi au Droit international et les motions des Nations Unies, le peuple palestinien a le droit incontestable à l’autodétermination et à l’exercice des droits souverains sur son territoire »

Alors, l’acte de M. Tsipras d’écrire « votre capitale historique » dans le registre du Président israélien serait-il juste une gaffe, ou bien joue-t-il le rôle d’éclaireur pour les spéculations glauques de ses nouveaux alliés ? Ceux-là mêmes dont il qualifiait les agissements de « sauvageries » en arborant en manifestation le keffieh palestinien, il y a un an et demi, quand aujourd’hui il parle « d’escalade de la violence des deus côtés » en plaçant sur un pied d’égalité les bourreaux et leurs victimes.