La vidéo de la réunion publique d’ Unité Populaire du 15 Novembre à Paris

A l’initiative de Laiki Enotita-Unité Populaire une réunion publique-débat (thème : « Face à l’austérité et à l’UE l’alternative existe ! » ) s’est tenue le mardi 15 novembre 2016 au Ciné 13 Théâtre à Paris.

Voici la vidéo   de la réunion publique d’ Unité Populaire  qui regroupe les prises de paroles (par ordre d’interventions) de :

  • Vangelis GOULAS (ex-coordinateur de Syriza Paris dont il a démissionné en juillet 2015) est maintenant coordinateur d ‘Unité Populaire Paris.
  • Stathis KOUVELAKIS (ex membre du bureau politique de Syriza dont il a démissionné en juillet 2015) est maintenant membre d’Unité Populaire. Il est docteur en philosophie politique et enseigne au King’s College à Londres.
  • Miguel URBAN est député espagnol (PODEMOS) au parlement européen. C’est une des figures principales d’ANTICAPITALISTAS, le courant de gauche de PODEMOS.
  • Nikos CHOUNTIS est député grec (UNITE POPULAIRE-LAIKI ENOTITA) au parlement européen. Il a été auparavant vice-ministre chargé des affaires européennes dans le gouvernement Syriza 1 (dont il a démissionné en juillet 2015).

C’est ici :  https://youtu.be/hPVIf51L31Y

Ici la vidéo de l’ intervention de Nikos CHOUNTIS

Ces dernières années nous avons été témoins en Europe de la mise en application de politiques réduisant à néant des conquêtes sociales acquises depuis des décennies et de haute lutte, et visant à livrer le contrôle total de l’économie et de la société à la spéculation lucrative. Ces politiques entraînent dans leur sillage la paupérisation et la mise à l’écart de larges tranches des sociétés.

En Grèce des mesures sont imposées ; elles frappent encore plus les salariés et les classes moyennes. Le pays est livré au dépeçage par les vautours capitalistes et à l’humiliation du 3e mémorandum. Le choix du peuple a été bafoué.
En France la loi El Khomri, imposée de manière antidémocratique, sape le Code du travail et pousse un peu plus le salariat vers la précarisation.
En Espagne des plans successifs d’austérité ont rendu structurels la récession, la précarité et le chômage de grande ampleur ; la jeunesse est livrée au désespoir et à l’émigration forcée.

Ces mesures prennent appui sur un cadre de règles qu’aucun peuple n’a validé par son vote. Elles se justifient d’une politique monétaire antisociale et de dettes illégitimes.
On prétend qu’à cette spirale destructrice « il n’y a pas d’alternative ».

Mais, contrairement à ce qui est seriné à longueur du temps par les dirigeants d’Etats et les technocrates, une alternative existe : annulation de la dette publique illégitime, sortie de gauche de la zone euro, socialisation des banques, démocratisation des institutions, etc. Elle implique l’organisation de luttes l’organisation de luttes déterminées dans chaque pays et la solidarité internationaliste pour arracher des victoires au fur et à mesure, jusqu’au grand renversement souhaité.

Le processus des luttes ne s’arrête jamais,
nous œuvrerons pour qu’il aboutisse !