La démocratie existe-t-elle en Grèce? De P. Lafazanis (LAE)

La démocratie existe-t-elle en Grèce? Revendications historiques d’une assemblée constituante et de l’indépendance nationale

 Iskra24/06/2018

Intervention de Panayotis Lafazanis, secrétaire du Conseil politique d’Unité Populaire, à l’Unity Festival le samedi 23 juin à l’Université d’Agriculture

« La démocratie existe-t-elle en Grèce ou bien notre pays est-il tombé dans quelque chose de pire qu’une république bananière ? »

« La restauration d’une vraie démocratie, de bout en bout, par une assemblée constituante et la réalisation de la souveraineté et de l’indépendance nationales sont les deux grands problèmes actuels de notre pays et les revendications historiques de notre époque ».

Panayotis Lafazanis a poursuivi, en soulignant : « Qui sont donc ceux qui ont autorisé les Tsipras-Kaménos et avec eux un président de la démocratie-fantôme à signer la décision d’une instance informelle de l’UE, l’Eurogroupe, avec laquelle le pays se vend et se compromet depuis des décennies ?

Où et quand y a-t-il eu un débat concernant cette décision et quel corps populaire représentatif l’adoptera ?

De quel droit Tsipras-Kaménos et leurs autres béquilles mémorandaires, dans un Parlement sans opposition, ont-ils accepté comme prétendue réforme de la dette une normalisation qui ne la réduit pas même d’un euro, mais simplement en transfère davantage tout le fardeau à ceux qui ont la malchance d’être affaiblis depuis dix ans ?

Avec quelle autorisation et de quel droit Tsipras-Kaménos et leur gouvernement désintégré ont engagé (ou plutôt, c’est ce que pensent ceux qui les utilisent) le pays, sans que le peuple ni même le Parlement aient leur mot à dire sur une austérité courant environ jusque 2060 ?

Comment, jusqu’à quel point et dans quelle démocratie un gouvernement peut en quelques mois engager un peuple et hypothéquer un pays pour des décennies ?

Comment, jusqu’à quel point et de quel droit Tsipras-Kaménos-Tsakalotos ont signé à l’Eurogroupe pour brader les entreprises publiques stratégiques et rentables comme : DEI (entreprise grecque d’électricité), AIA (Aéroport international d’Athènes), DESFA (compagnie grecque du gaz), ELPE (Compagnie grecque du pétrole), les ports de plaisance de Alimos, Egnatia, DEPA (entreprise publique du gaz), Eydap (Compagnie des eaux d’Athènes), Eyath (Compagnie des eaux de Thessalonique) et les ports périphériques d’Igoumenitsa, Corfou, Alexandroúpolis, Kavala, etc. ?

Comment, sans aucune approbation populaire et sans que le peuple soit consulté, peut-on livrer à des états étrangers et des intérêts multinationaux tout le Bien public, acquis par la sueur et les larmes, comme s’il s’agissait du fief des gouvernants ?

« Il est dramatique », a continué Panayotis Lafazanis, que « Tsipras-Kaménos et à leurs côtés le Président de la République ,Prokopis Pavlopoulos, avec les autres mémorandaires en société au parlement fonctionnent comme des expéditionnaires de la troïka et de la classe financière européenne, comme des fiduciaires d’une oligarchie intérieure asservie à l’étranger et d’un européisme totalitaire, étouffant la terre, l’économie , la société et le futur de la jeunesse grecque ».

« Les deux grandes revendications historiques de notre époque », a constaté Panayotis Lafazanis, « pour lesquelles nous nous battons, afin que notre terre et notre peuple respirent et renaissent, sont d’une part le rétablissement profond et total de la démocratie, à travers une assemblée constituante qui mettra fin au diktat totalitaire et financier de l’euro et d’autre part la souveraineté nationale et l’indépendance par rapport à une Grèce qui s’est transformée en soutien euroatlantique politique et militaire, hypothéquant sa sécurité et plus encore son intégrité.

À présent, un nouveau patriotisme contemporain, au côté de l’internationalisme, devient absolument nécessaire pour une Gauche du XXIe siècle, s’agissant pour cette dernière de s’affirmer à nouveau comme force hégémonique nationale concernant les profondes transformations sociales et l’indispensable sauvegarde et la refondation de notre patrie ».

Traduction : Merci à Vanessa de Pizzol